voleur


voleur

voleur, euse [ vɔlɶr, øz ] n. et adj.
• 1549; de 2. voler; volleur « chasseur au vol » (1516), semble avoir été pris par métaph. pour désigner des mauvais garçons
I N.
1Personne qui s'approprie ou s'est approprié, par ruse ou par force, le bien d'autrui. Spécialt Personne qui tire ses ressources de délits de vol. malfaiteur; vx larron. Voleurs de grand chemin, qui opéraient sur les grandes routes. ⇒ brigand, détrousseur, malandrin. Bande de voleurs. bandit, gangster. Repaire de voleurs. La Cour des miracles, cité de voleurs. truand (2o). « Un voleur de fruits, un maraudeur » (Hugo). Voleur par effraction, dans les maisons ( cambrioleur) , dans les voitures ( roulottier) . Voleur à la tire. escamoteur, pickpocket. Le voleur et le receleur. L'argot, le milieu des voleurs ( milieu, pègre) . Crier au voleur. Au voleur ! Poursuivre, arrêter, capturer un voleur, une voleuse. S'enfuir comme un voleur. Un voleur, une voleuse d'enfants. kidnappeur, ravisseur. Jouer au gendarme et au voleur (jeu de poursuite).
2Personne qui dérobe ou détourne à son profit l'argent d'autrui (sans prendre d'objet matériel). aigrefin, escroc, filou. Personne qui prend plus qu'il ne lui est dû, qui ne donne pas ce qu'elle doit. malhonnête. Ce commerçant est un voleur.
II Adj.
1 Qui a l'habitude de voler, une tendance à voler. Être voleur comme une pie. La pie voleuse. « La domesticité est si voleuse ici, que tout est enfermé » (Goncourt).
2Douille voleuse : dispositif s'enfichant dans une douille et permettant de prélever une partie du courant destiné à l'ampoule.
⊗ CONTR. Honnête.

voleur, voleuse nom (de voler 2) Personne qui soustrait frauduleusement ce qui appartient à autrui, personne qui vit du vol. ● voleur, voleuse (citations) nom (de voler 2) Émile Chartier, dit Alain Mortagne-au-Perche 1868-Le Vésinet 1951 Fondez une Société des honnêtes gens, tous les voleurs en seront. Propos d'un Normand, tome III Gallimard Alphonse Allais Honfleur 1854-Paris 1905 La misère a cela de bon qu'elle supprime la crainte des voleurs. Le Chat noir La Table Ronde Édouard Joachim, dit Tristan Corbière domaine de Coat Congar, près de Morlaix, 1845-Morlaix 1875 Il fait noir, enfant, voleur d'étincelles ! […]. Rondels pour après Jean de La Fontaine Château-Thierry 1621-Paris 1695 Il faut se mesurer ; la conséquence est nette : Mal prend aux volereaux de faire les voleurs. Fables, le Corbeau voulant imiter l'Aigle Clément Marot Cahors 1496-Turin 1544 Si disent les vieux quolibets Qu'on ne voit pas tant de gibets En ce monde que de larrons. Épîtres, Du coq à l'âne Talmud Quand un voleur ne trouve plus l'occasion de voler, il se croit honnête homme. Talmud, 22a Carlo Alberto Pisani Dossi, dit Carlo Dossi Zenevredo, Pavie, 1849-Cardina, Côme, 1910 Le tort de nombreux voleurs, aux yeux du public et de la justice, c'est de ne pas avoir volé suffisamment pour dissimuler leur larcin. Il torto di molti ladri in faccia al pubblico e alla giustizia è quello di non aver rubato abbastanza per celare il furto. Note Azzurre, 5446voleur, voleuse (expressions) nom (de voler 2) Au voleur !, cri pour appeler au secours contre un voleur. Comme un voleur, en tâchant de passer inaperçu. ● voleur, voleuse (synonymes) nom (de voler 2) Personne qui soustrait frauduleusement ce qui appartient à autrui, personne...
Synonymes :
- chapardeur (familier)
voleur, voleuse adjectif et nom Familier Qui fait payer trop cher quelque chose, qui trompe volontairement et à son profit sur un compte, etc. : Ce restaurateur est voleur. Qui prend quelque chose par la ruse ou par la force : Un chat voleur.

voleur, euse
n. et adj. Personne qui a commis un vol ou qui vole habituellement. Arrêter un voleur.
|| adj. Il est voleur et menteur.

⇒VOLEUR, -EUSE, subst. et adj.
I. — Substantif
A. — [À propos d'une pers.]
1. [Corresp. à voler2 I A et II A] Personne qui s'empare, qui a tendance à s'emparer de ce qui appartient à autrui; celui, celle qui dépossède autrui. Synon. brigand, larron (vieilli), malfaiteur. Bande, chef de voleurs; avoir peur des voleurs; prendre pour un voleur. Il lui mit brutalement la main sur la bouche.Veux-tu te taire, voleuse de chameaux, vilaine petite mouche. Il l'avait prise par le bras (BENOIT, Atlant., 1919, p. 284). Sein n'était qu'une minuscule paroisse et pas tellement chrétienne! Des naufrageurs, des voleurs de matelots! (QUEFFÉLEC, Recteur, 1944, p. 94). V. cleptomane ex. de Larbaud, larcin ex. de Zola.
Au voleur! [Appel à l'aide d'une pers. que l'on vient de déposséder de son bien] Une Voix: Au voleur! Au voleur! Il a pris la nappe brodée de mon mariage! (CAMUS, État de siège, 1948, 1re part., p. 225).
P. métaph. ou au fig. François déclare qu'il n'a pas de plus grand ennemi que son corps. Bernard crie au voleur! au voleur! pour se défendre contre une dame, son hôtesse (ZOLA, Rêve, 1888, p. 32).
— [Le compl. désigne un lieu où sont déposés de l'argent, des richesses] Je sortis à reculons de la pièce condamnée, tout pâle, tenant le rouleau de cartes serré contre moi, comme un voleur de tombeau que pousse la faim nue (GRACQ, Syrtes, 1951, p. 211).
P. anal. ou au fig. Nous rêverions (...) à la maison ailée [le moulin à vent] qui geint à la moindre brise et qui subtilise les énergies du vent. Le meunier, voleur de vent, avec de la tempête fait de la bonne farine (BACHELARD, Poét. espace, 1957, p. 71).
Vinaigre des quatre voleurs.
Voleur, voleuse d'enfant(s). Personne qui enlève un/des enfant(s). Synon. ravisseur. Yvonne (...): Il n'y a rien d'extraordinaire à ce que des maniaques, des fous, des romanichels, des voleurs d'enfants, une famille qui habite une roulotte... (COCTEAU, Parents, 1938, I, 2, p. 189).
P. métaph. L'avare se joint par la pensée au cercle actif des métiers. Le désordre là et le doute là, c'est le plus subtil des voleurs. L'homme qui se lasse de son travail, ou qui seulement ne l'aime point, cet homme prend dans ma bourse, sans allonger le bras (ALAIN, Propos, 1931, p. 1000).
2. Personne qui a pris l'habitude de commettre des vols dont elle tire ses ressources. Il citait les voleuses de profession, celles qui faisaient le moins de mal, car la police les connaissait presque toutes. Puis, venaient les voleuses par manie (...), une névrose nouvelle qu'un aliéniste avait classée, en y constatant le résultat aigu de la tentation exercée par les grands magasins (ZOLA, Bonh. dames, 1883, p. 632).
Voleuse à l'abecquage. Voleuse à l'aile. V. aile III A 2. Voleur, voleuse à l'étalage. V. commissariat ex. 3. Voleur, voleuse à la tire. Synon. de pickpocket. Charles et trois de ses collègues (...) étaient mêlés aux ivrognes ramassés dans le quartier, à de petits voleurs à la tire, à des mecs pris à faire le truc sur le boulevard (ARAGON, Beaux quart., 1936, p. 468).
Voleur de grand chemin. Synon. brigand. P. anal. Il n'était pas avide, mais seulement fatigué (...). Quatre mille francs tout de suite... Et puis il se ressaisit, et ce fut pour éclater.Des voleurs de grands chemins! Des détrousseurs! Des bandits! Et je vais le leur écrire (DUHAMEL, Notaire Havre, 1933, p. 175).
Voleur domestique. Personne qui commet un vol domestique. À de très rares exceptions près (...), un cuisinier et une cuisinière sont des voleurs domestiques, des voleurs gagés, effrontés, de qui le gouvernement s'est complaisamment fait le recéleur, en développant ainsi la pente au vol (BALZAC, Cous. Bette, 1846, p. 149).
Comme un voleur. À toute allure, comme pour éviter de se faire remarquer et appréhender. Synon. furtivement. Venir comme un voleur. Violaine: Tout beau, maître Pierre! Est-ce ainsi qu'on décampe de la maison comme un voleur sans saluer honnêtement les dames? (CLAUDEL, Annonce, 1912, prol., p. 12).
P. métaph. ou au fig. D'où venait ce sentiment d'ennui qui se glissait comme un voleur entre tous les états contraires de son esprit? (JOUVE, Paulina, 1925, p. 47).
Être fait comme un voleur. Avoir ses vêtements en mauvais état, en désordre; présenter un aspect inquiétant. Alors vous avez perdu votre nécessaire d'argent! (...) Et votre linge?... Aussi?... Votre trousseau tout entier... Mon Dieu! quelle déroute!... Vous êtes fait comme un voleur! (ADAM, Enf. Aust., 1902, p. 129).
3. [Corresp. à voler2 I B] Personne qui s'empare de ce qui peut être considéré comme étant la propriété morale d'autrui. Tous ces gens qui tremblent dans des chambres sombres, entourés de leurs chers défunts, suppose que j'assume tous leurs crimes. Suppose que je veuille mériter le nom de « voleur de remords » et que j'installe en moi tous leurs repentirs (SARTRE, Mouches, 1943, II, 1er tabl., 4, p. 65).
— Domaine des relations soc., amoureuses. Pour moi, je craindrais plus, comme péril urgent, La voleuse de cœurs que le voleur d'argent (HUGO, Ruy Blas, 1838, IV, 5, p. 431). Personne ne lui contestait son droit, est-ce que Joseph Quesnel le traitait de voleur, parce qu'il avait couché avec une femme dont un autre payait les robes et le toit? (ARAGON, Beaux quart., 1936, p. 480).
P. anal. Quant à l'enfant, le voilà auprès du bon Dieu bien avant nous. C'est un petit voleur de Paradis (MALÈGUE, Augustin, t. 2, 1933, p. 431).
4. [Corresp. à voler2 I D et II C] Personne qui s'approprie et donne comme sien le fruit de l'activité intellectuelle d'un écrivain. Synon. compilateur, copieur, plagieur. Avec les voleurs (...), avec les gens comme Zola... il est besoin de cacher un peu ce qu'on fait (GONCOURT, Journal, 1881, p. 136).
5. [Corresp. à voler2 I E] Personne qui abuse de la confiance de quelqu'un. Synon. escroc. La loi devrait donner une espèce de défense à l'homme de lettres contre ce voleur de confiance qu'on appelle un éditeur (GONCOURT, Journal, 1861, p. 995). V. larron ex. 2.
6. [Corresp. à voler2 II B] Personne qui lèse une autre personne dans ses intérêts pécuniaires, sans la priver pour autant de la possession d'un objet matériel, d'une réalité d'ordre spirituel. Synon. aigrefin, escroc, filou. Comme, d'un ton mielleux, il lui dit: « Une messe à sept heures du matin, à huit, à neuf heures, c'est tant », elle le traite de commerçant et de voleur (RENARD, Journal, 1902, p. 748).
— Personne qui lèse sciemment une autre personne en prenant sur elle un bénéfice excessif ou en ne lui donnant pas ce qui lui est dû. La causerie est tombée sur Tessandier et Segond-Weber, que Porel déclare de vraies voleuses, des acheteuses de bijoux ne payant jamais les bijoutiers, qui finiraient en police correctionnelle, si elles étaient de simples grisettes (GONCOURT, Journal, 1893, p. 369). J'expliquai (...) qu'il m'avait proposé des livres.Tu sais que son père, qui est un marchand d'antiquités, est un voleur (LACRETELLE, Silbermann, 1922, p. 47).
♦ [En constr. antéposée avec valeur expr.] Ces voleurs de joailliers imitent si bien les pierres, qu'on n'ose plus aller voler dans les boutiques de bijouterie (DUMAS père, Monte-Cristo, t. 2, 1846, p. 337). Elle (...) réclamait la république et la guillotine, pour débarrasser la terre de ces voleurs de riches, engraissés du travail des meurt-de-faim (ZOLA, Germinal, 1885, p. 1476).
B. — [À propos d'un animal]
1. [Corresp. à voler2 I A] Mammifère, oiseau s'emparant, par la ruse ou par la force, d'un autre animal, d'une réalité naturelle, d'un objet fabriqué. Un pluviomètre ayant été volé dans une tente, un sorcier (...) avait si furieusement agité une sonnette au bout d'une corne qu'une hyène était venue rapporter le pluviomètre. Cette hyène était la voleuse (HUGO, Travaill. mer, 1866, p. 114).
2. [Corresp. à voler2 II B] HIPP. (Beau) voleur
a) Cheval ayant belle apparence, doué d'un cachet de finesse, d'énergie, de vigueur, mais manquant d'excitabilité physiologique et dont le rendement est insuffisant (d'apr. TONDRA Cheval 1979).
b) ,,Cheval sous-estimé qui fait une grosse cote`` (ESN. 1966).
C. — [À propos d'un inanimé]
1. [Corresp. à voler2 I A]
a) [L'inanimé désigne une réalité naturelle]
Région. (Lorraine romane). Raisin blanc, qui semble se cacher sous les feuilles de la vigne (d'apr. FRANCE 1907).
— ,,Épi à barbes aiguës d'une graminée sauvage très commune en plaine sur les bords des chemins`` (ROB. 1985). Deux enfants (...) jouaient à s'enfoncer dans le cou de ces épis d'herbes, qu'on nomme à la campagne des « voleurs » (ROLLAND, J.-Chr., Révolte, 1907, p. 583).
b) [L'inanimé désigne un objet fabriqué]
PUBLIC. Voleur de lumière. ,,Matériel ne comportant aucun éclairage propre, mais paraissant lumineux par utilisation d'une source d'éclairage extérieure`` (AC. SC. COMM. 1987).
TYPOGR., au plur. ,,Bouts de papier qui produisent des moines [sur la feuille imprimée]`` (CHAUTARD 1937, p. 122). Synon. larron (v. ce mot II B).
2. [Corresp. à voler2 I A et II A]
Arg., région. (Flandre, Ouest, Suisse romande). ,,Fil qui se détache de la mèche d'une chandelle et consomme en pure perte le suif`` (FRANCE 1907).
TECHNOL. Voleur de fenêtre. ,,Type de brouilleur qui réémet le signal reçu avec une puissance supérieure à celle de l'écho radar normal et décale progressivement le signal par rapport à l'écho réel de façon à fausser les mesures de distance d'un radar de conduite de tir`` (Termes nouv. Sc. Techn. 1983).
3. [Corresp. à voler2 I B; en constr. antéposée avec valeur expr.] Quéq'tu veux qu'nous fichions dehors d'un temps pareil? Ah! garce de pluie! voleur de temps! Dire que v'là pus d'deux s'maines qu'on crève dans sa peau pour qu'au jour d'aujourd'hui que nous sommes en balade, nous puissions même pas ficher un pied dehors! (COURTELINE, Train 8 h. 47, 1888, p. 107).
4. [Corresp. à voler2 II B]
Arg. typogr. Ligne à voleur. V. ligne II D 3 e.
ŒNOL. Outil utilisé pour enlever du bois à l'intérieur d'un fût, sur les douelles situées à proximité de la bonde, pour donner ainsi à ce fût l'apparence trompeuse d'une contenance réelle qu'il n'a pas (d'apr. REN. Vin 1962).
II. — Adjectif
A. — [Corresp. à voler2 I A et II A] Qui s'empare, qui a tendance à, qui a l'habitude de s'emparer de ce qui appartient à autrui; qui dépossède autrui, qui a tendance à, qui a l'habitude de le déposséder.
1. [À propos d'un être humain, d'un attribut de la pers.] Voleur comme une pie. Il croyait sentir les petites mains voleuses qui se glissaient au fond de ses poches, il n'avait plus de tranquillité (ZOLA, Dr Pascal, 1893, p. 95). Du linge; des affaires de toilette. Je ne suis pas bien sûr de lui rendre jamais tout cela. Mais ce qui prouve que je ne suis pas voleur, c'est que les papiers que voici vont m'occuper bien davantage (GIDE, Faux-monn., 1925, p. 997).
2. [À propos d'un animal] Pie voleuse. Alors commence la discussion quotidienne au sujet du chien qui devient sourd, de la chatte qui est voleuse (DUHAMEL, Terre promise, 1934, p. 181).
B. — [Corresp. à voler2 I B] Qui manifeste l'habitude de, une propension à s'emparer, sans en avoir le droit, de ce qui peut être considéré comme la propriété morale d'autrui. Une femme lui dit Tu n'invoques personne Crois-tu donc au hasard qui coule au sablier Voleur (APOLL., Alcools, 1913, p. 92).
— Domaine des relations amoureuses. L'image d'une femme y était entrée [dans sa pensée], occupant toutes les avenues, se mêlant à tous les détours, souveraine, voleuse, inexpugnable (MIOMANDRE, Écrit sur eau, 1908, p. 87).
C. — [Corresp. à voler2 II B] Qui manifeste l'habitude de, une propension à léser sciemment une personne dans ses intérêts pécuniaires, lors d'une transaction. Synon. malhonnête; anton. honnête. Toutes deux rivales (...) demandaient des prix impudents, puis, après des marchandages furieux de bouchères voleuses, donnaient un peu d'elles (...), pour décider les gros achats (ZOLA, E. Rougon, 1876, p. 330). Une domestique voleuse réclame ce qui ne lui est pas dû (BLOY, Journal, 1895, p. 171).
Prononc. et Orth.:[], fém. [-ø:z]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. Ca 1480 fauconn. « chasseur au vol » (G. COQUILLART, Monologue Coquillart, 28, éd. M. J. Freeman, p. 273: chasseurs, volleurs, tous telles gens); 2. 1690 (FUR.: on appelle un oiseau bon voleur, ou beau voleur, quand il vole bien et sûrement). B. 1. a) [1516 « personne qui s'empare du bien d'autrui » (Journal d'un bourgeois de Paris sous le règne de François Ier [d'apr. le ms. Paris B.N. Dupuy, vol. 743, de la 2e moit. du XVIe s.], éd. V.-L. Bourrilly, p. 33: audict an [1516] [...] courroient parmy le royaume de France plusieurs maulvais garçons appelez voleurs, rependeuz en divers lieux [...] lesquelz [...] pilloient et tueoient [...] dont il y en eut ung, prisonnier à la Conciergerie, nommé Nicolas); 1526 (ibid., p. 229: audict an [1526], le mecredy dix septiesme janvier, un nommé Nicolas, qui estoit le maistre des voleurs)] 1526 (Chronique parisienne de Pierre Driart, éd. F. Bournon, p. 113: le XVIIe jour du moys de janvier [1526], fut bruslé [...] ung quidam nommé Nicolas, volleur, lequel avoit esté environ dix ans en prison); 1547 (N. DU FAIL, Propos rustiques et facecieux, éd. J. Assézat, t. 1, p. 27: brigans, voleurs); 1549 (EST.: voleurs [...] voleurs de benefices); 1585 adj. (N. DU FAIL, Contes et discours d'Eutrapel, t. 2, p. 103: la teste d'un Gentil-homme voleur); 1599 (LASPHRISE, La Nouvelle tragi-comique ds Anc. théâtre fr., t. 7, p. 471: un noble au sang voleur); b) ) 1585 au voleur! (N. DU FAIL, Contes et discours d'Eutrapel, t. 2, p. 102: criant, au voleur, au larron); ) 1643 fait en voleur « qui a un aspect inquiétant, des vêtements en mauvais état ou en désordre » (CORNEILLE, Suite du menteur, I, 1); 1808 fait comme un voleur (HAUTEL); ) 1674 expr. biblique comme un voleur « à l'improviste, sans prévenir » (BOILEAU-DESPRÉAUX, Epistres, III, 44, éd. A. Cahen, p. 23: le jour fatal est proche et vient comme un voleur [cf. I Thess. 5, 2]); 1683 (BOSSUET, Oraison funèbre de Marie-Thérèse d'Autriche, éd. J. Truchet, p. 237: Je viens, dit Jésus-Christ, comme un voleur [cf. Apoc. 3, 3]); ) 1845 jouer au gendarme et au voleur (FLAUB., 1re Éduc. sent., p. 19); c) 1648 voleur de grand chemin (G. PATIN, Lettres, éd. P. Triaire, p. 603); 1668 voleur domestique (RACINE, Les Plaideurs, II, 14); 1828-29 voleur à la tire (VIDOCQ, Mém., t. 4, p. 322); 1832 voleuse d'enfants (HUGO, N.-D. Paris, p. 263); 2. a) 1578 fig. (RONSARD, Œuvres compl., éd. P. Laumonier, t. 17, p. 330: Les soudars m'ont pillé, tu as ravy mon cœur: Tu es plus grand voleur); b) 1620 « plagiaire » (Th. DE VIAU, Œuvres poét., 1re part., éd. J. Streicher, p. 9); c) 1690 « personne qui lèse autrui (dans une transaction commerciale) » (FUR.). A dér., au moy. du suff. -eur2, de voler1 empl. comme terme de fauconn. B issu de A p. métaph., selon un développement sém. analogue à celui qu'a connu le lat. involare (> embler), le vol (action de dérober) étant comparé à la chasse au vol. Fréq. abs. littér.:2 145. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 2 940, b) 4 072; XXe s.: a) 3 710, b) 2 199.
DÉR. Volereau, subst. masc., vx, fam. Voleur sans envergure; voleur qui manque d'habileté. [Le brigandage, en Grèce] est une source de gains illicites pour un certain nombre de volereaux qui s'associent au nombre de trente ou quarante pour dévaliser un voyageur tremblant, ou quelques villageois qui reviennent du marché (ABOUT, Grèce, 1854, p. 352). []. Att. ds Ac. 1798-1878. 1re attest. 1651 (C. MACHERET, J. de ce qui s'est passé de mémorable à Lengres, éd. E. Bougard, t. 2, p. 136 ds Fonds BARBIER: bagage, femmes, enfans et plusieurs volereaux qui butinoient); de voleur, suff. -eau (cf. NYROP t. 3, § 56 et § 391).

voleur, euse [vɔlœʀ, øz] n. et adj.
ÉTYM. 1549, Estienne; 1516, en jargon, « plusieurs maulvais garçons appelés voleurs » (cité par Guiraud); de 2. voler; volleur « chasseur au vol » (1516, Godefroy) semble avoir été pris par métaphore pour désigner des mauvais garçons, d'abord dans le jargon des malfaiteurs.
———
I N.
1 Personne qui s'approprie ou s'est approprié par ruse ou par force le bien d'autrui.Spécialt. Personne qui tire ses ressources de délits de vol. Larron (vx), malfaiteur, ravisseur (vx). → Pioncer, cit.; récompenser, cit. 6. || Petit ( Volereau, vx), grand voleur (→ Bannir, cit. 3). — ☑ Loc. Voleurs de grand chemin, qui opéraient sur les grandes routes et s'y déplaçaient sans cesse pour surprendre les voyageurs et échapper aux recherches (→ Chemin, 1.). Brigand, clephte (hist.), détrousseur, malandrin. → Coupeur de bourse (1. Bourse, cit. 3). || Bande de voleurs. Bandit, gangster.Vx. || Capitaine, chef de voleurs. || Bois plein de voleurs (→ Brigandage, cit. 1). || Caverne (cit. 4) de voleurs.La Cour (cit. 5) des miracles, cité de voleurs. Tire-laine (cit. 2), truand (1.), vide-gousset.Mendiants devenus voleurs ( Pillard, cit. 1). || Un voleur de fruits, un maraudeur (→ Identité, cit. 13). || Voleur de poules. || Voleur par effraction, dans les maisons. Cambrioleur, monte-en-l'air, rat (d'hôtel). || Pince, clé, pince-monseigneur, « plume », rossignol utilisés par les voleurs. || Voleur à l'étalage. || Voleur à la tire. Escamoteur, pickpocket. || Voleur domestique (→ Authentique, cit. 7). || Le voleur et le receleur (cit. 2).Le milieu des voleurs. Milieu, pègre. || L'argot (cit. 4) des voleurs.Crier au voleur (→ Dévaliseur, cit.). || Au voleur ! (→ Dérober, cit. 2).Poursuivre; arrêter (5.), attraper, capturer, cueillir un voleur, une voleuse. Capture (→ Fripier, cit. 4.). || On a surpris le voleur en flagrant délit.Allus. hist. || « (…) comme les voleurs craignent les réverbères » (supra cit. 1).
1 (Mon père) fut attaqué à l'entrée d'un bois, aux environs de Chichée par quatre voleurs : l'un prit la bride de son cheval; l'autre présenta le pistolet, tandis que les deux autres fouillaient dans les poches et dans les sacoches, en ordonnant au cavalier de descendre.
Restif de La Bretonne, la Vie de mon père, II, p.150.
2 Un voleur est un homme rare; la nature l'a conçu en enfant gâté; elle a rassemblé sur lui toutes sortes de perfections : un sang-froid imperturbable, une audace à toute épreuve, l'art de saisir l'occasion, si rapide et si lente, la prestesse, le courage, une bonne constitution, des yeux perçants, des mains agiles, une physionomie heureuse et mobile.
Balzac, Code des gens honnêtes, in Œ. diverses, t. I, p. 67.
2.1 — J'suis recherché, me dit-il.
L'activité du voleur est une succession de gestes étriqués, mais brûlants. Venant d'un intérieur calciné, chaque geste est douloureux, pitoyable. Ce n'est qu'après le vol, et grâce à la littérature, que le voleur chante son geste.
Jean Genet, Journal du voleur, p. 232.
Jouer au gendarme et au voleur, jouer au voleur (jeu de poursuite).
3 Quand elle disait « pouce », le jeu s'arrêtait aussitôt, car ses amies savaient que ses raisons étaient toujours sérieuses. Charles était trop petit pour jouer au voleur et n'en avait pas envie.
M. Aymé, Maison basse, VII.
3.1 Il y avait (…) des enfants en train de jouer aux gendarmes et aux voleurs.
J.-M. G. Le Clézio, le Déluge, p. 234.
Loc. (1829, Boiste). Vx. Être fait, mis comme un voleur : avoir une apparence patibulaire, des habits en désordre, etc.Prendre des précautions (cit. 2) de voleur.Mod. || Rôder, fureter, s'échapper comme un voleur (→ Promener, cit. 11), furtivement.Être fait (pris) comme un voleur. — ☑ Fam. Râler, rouspéter comme un voleur.Allus. évang. || Je suis venu comme un voleur (paroles du Christ).Par métaphore. || La mort vient en voleuse (→ Rôder, cit. 2).
4 — (…) Est-ce ainsi qu'on décampe de la maison comme un voleur sans saluer honnêtement les dames ?
Claudel, l'Annonce faite à Marie, Prologue.
2 (Fin XVIe). Celui, celle qui dérobe ou détourne à son profit le bien, l'argent d'autrui (sans prendre d'objet matériel). 1. Aigrefin, coquin (A., 1.), escroc, filou, fripon; griveleur (vx), resquilleur.
Fig. Celui, celle qui prend plus qu'il ne lui est dû, qui ne donne pas ce qu'il doit. || Ce commerçant, cet usurier est un voleur (cf. Il a les mains crochues). Pirate, rapace, requin…
5 Au fond, les financiers ne sont que des voleurs, mais des voleurs qui ont acheté près du gouvernement le droit de voler.
Ed et J. de Goncourt, Journal, 24 mars 1890, t. VIII, p. 115.
3 (Déb. XVIIe). Fig. Celui, celle qui vole les idées, les phrases d'autrui. Plagiaire.
6 Imite qui voudra les merveilles d'autrui.
Malherbe a très bien fait, mais il a fait pour lui;
Mille petits voleurs l'écorchent tout en vie.
Quant à moi, ces larcins ne me font point d'envie (…)
Théophile de Viau, Élégie, in Œ. poétiques, p. 74.
4 a Épi à barbes aiguës d'une graminée sauvage très commune en plaine sur les bords des chemins, appelé aussi voyageur, ramona.
7 (…) deux enfants, qui jouaient à s'enfoncer dans le cou de ces épis d'herbes, qu'on nomme à la campagne des « voleurs » ou des « ramonas ».
R. Rolland, Jean-Christophe, La révolte, III, p. 583.
b Régional (Sud). Fruit de la bardane, du pissenlit.Graine à aigrette.
———
II Adj. (V. 1600). Qui a l'habitude de voler, a tendance à voler.Il est voleur (→ Incommunicable, cit. 9; paysan, cit. 4) comme une pie (1. Pie, cit. 3).
8 — Est-ce qu'ils sont très voleurs ? — Carotteurs tout au plus, me dit le vieux soldat, par un ressouvenir du langage militaire (…)
Nerval, Voyage en Orient, Femmes du Caire, II, II.
9 La domesticité est si voleuse ici, que tout est enfermé, scellé, et que la maîtresse de maison délivre, de sa propre main, la pincée de sel.
Ed et J. de Goncourt, Journal, 7 sept. 1872, t. V, p. 58.
CONTR. Honnête.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • voleur — 1. (vo leur) s. m. Terme de fauconnerie. Se dit des faucons et autres oiseaux de proie.    Bon voleur, oiseau qui vole sûrement. ÉTYMOLOGIE    Voler 1. voleur, euse 2. (vo leur, leû z ) s. m. et f. 1°   Celui, celle qui a volé, qui vole… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • voleur — Voleur. s. m. Qui vole. Voleurs de grands chemins. voleur domestique. voleur de nuit. crier au voleur. Il se dit aussi, Par exaggeration de celuy qui exige plus qu il ne luy appartient. Ce commis est un voleur, un franc voleur …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Voleur — (wolöhr), frz., Räuber …   Herders Conversations-Lexikon

  • VOLEUR — EUSE. s. Celui, celle qui a volé, ou qui vole habituellement. Les voleurs de grands chemins. Voleur domestique. Voleur de nuit. Crier au voleur. Nous entendîmes les cris, Au voleur ! au voleur ! C est une voleuse. C est elle qui est la voleuse. C …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • Voleur — Pour les articles homonymes, voir Voleur (homonymie). Illustration de 1871 représentant une école de voleurs à Londres Un voleur est une personne qui effectue un …   Wikipédia en Français

  • voleur — n., cambrioleur, larron : voleu / ò, za, e (Albanais.001), voleur, voleursa, e (Saxel.002), volor, volorsa, e (Villards Thônes.028) || m., voleu(r) (Arvillard.228, Chable, Reyvroz | Aix, Chambéry), voleûy mpl. (Peisey.187), vwolêr (St Jean Arvey) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Voleur (jeu de rôles) — Voleur (classe de personnage) Pour les articles homonymes, voir Voleur (homonymie). Un voleur ou roublard est le nom d une classe de personnage dans de nombreux jeux de rôle comme Donjons et Dragons, Final Fantasy et de nombreux MMORPG. Les… …   Wikipédia en Français

  • Voleur de grand chemin — ● Voleur de grand chemin celui qui dévalisait les voyageurs sur les routes ; celui qui vole d une manière éhontée …   Encyclopédie Universelle

  • Voleur (homonymie) — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Cet article possède un paronyme, voir : Le Voleur. Sur les autres projets Wikimedia  …   Wikipédia en Français

  • Voleur (classe de personnage) — Pour les articles homonymes, voir Voleur (homonymie). Le voleur est une classe de personnage couramment employée dans les jeux de rôle. Sommaire 1 Histoire 2 Description …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.